Robert Indiana

Robert Indiana, de son vrai nom Robert Clark est né à New Castle dans l'Indiana en 1928. Artiste scénographe, costumier, peintre, Indiana est depuis toujours associé au mouvement du Pop Art. Il fait ses études dans divers instituts et écoles d'arts d'Amérique puis suit des cours aux College of art d'Edimbourg et de Londres. Il voyage au Mexique, en Europe et aux Etats Unis pour s'installer à New York en 1958. En 1962 il participe à l'exposition « New Realists » qui rassemble une grande partie des artistes internationaux qui s'identifiaient aussi dans le Pop Art. Artiste clé de ce mouvement, Indiana expose partout dans le monde, il participe à toutes les expositions en circulation (Montréal, San Paolo, Düsseldorf, New York, Chicago, Paris...). Indiana fait partie de la deuxième vague d'artistes pop américains, après Rauschenberg, Johns, Chamberlain et d'autres. Continuant des chemins déjà tracés par d'autres artistes, il s'exprime à travers des tubes néons, des formes géométriques (cercles, étoiles, pentagones) aux teintes uniformes. Il admire Edward Hopper et le peintre Charles Demuth, un des précurseurs de la représentation sur toile de l'industrialisation américaine. En 1963 l'artiste lui rend hommage avec le fameux "Le Demuth American Dream», composition à partir du numéro 5 et d'un jeu d'étoile. Indiana travaille beaucoup sur les signes graphiques, il arrive à s'exprimer au moyen de lettres et de chiffres. Son célèbre « Love » avec le O incliné est l'image icône du Pop Art. L'artiste va l'utiliser constamment, obsessionnellement, envahissant l'Amérique du Nord. A partir de 1978, il ne peint plus. Il n'accepte plus de commandes, et se consacre uniquement à la sculpture avec des troncs d'arbres. Toutefois, lors d'une rétrospective qui lui est consacrée à Nice en 1998, il reprend une septième variante du « American Dream », en hommage à 3 femmes américaines venues habiter en France, Josephine Baker, Isadora Duncan et Grace Kelly.